Blogue et Bois : Lausanne à la loupe 1/3

La première édition de Blogue et Bois s'est tenue il y a un peu plus d'une semaine. Le thème ? "Parle-nous de Lausanne!". Les textes qu'on a recueillis sont bourrés d'anecdotes, de vie, de vérité sur Lausanne. On vous laisse découvrir la première série.
2014-09-23 20.58.46
Nos invités au travail

En ce mardi soir, 23 septembre, c’est fébrilement qu’on attend les participants pour cette première édition de Blog et Bois. Les blocs et stylos sont sur les tables, les chips dans les bols, les bières bien au frais. Tout est prêt pour favoriser l’imagination et la créativité…

C’est dans une ambiance studieuse mais très bon enfant que nous nous mettons à écrire sur Lausanne. Abordée sous toutes les coutures, la ville se retrouve disséquée à travers des poèmes, des textes, des citations, des essais, des dessins ou des cadavres exquis. Une chose est sûre, elle semble inspirer nos participants qui écrivent des kilomètres de phrases, pour notre plus grand bonheur.

A la fin, les doigts engourdis, on est surpris d’un nombre de productions mais surtout heureux d’avoir partagé un moment original et unique avec nos lecteurs.

Voici la première série de production de nos blogueurs en herbe.

Texte 1 : « Non mais allo quoi ? »

Tout a commencé quand Mr Kirch, prof de français alcoolique sympathique de l’ES Renens, nous a obligés à écrire un journal. Un journal, non mais allo, quoi ? Chuis pas journaliste au 20 minutes, moi ! Il nous a dit, « faites un truc avec du rythme, de la vie, un truc positif comme le journal d’Anne Franck ! ». Le Franck que je connais, il a pas de journal et sa vie est merdique, et je préfère pas parler de son âme de psychopathe. L’autre jour, il m’a croisée dans la rue, j’ai halluciné, il me disait « chuis Jack Nicholson dans shining et je vous nique touuuus ! ». Putain, il m’a foutu les boules. Il paraît qu’il est devenu comme ça après un lasergame qui l’a fait entrer dans un trip de malade mental ! C’est ce que racontait Billy, son pote qui sort avec ma copine Rezarta. Il commençait à faire un bad trip comme on n’a jamais vu ! Il voyait des carcasses de chevreuils écrasés en plein dans le Flon, à côté du Mad. C’est lui qui est mad. Bref, Kirch nous a obligés d’écrire, faut bien que je raconte un truc mais je sais pas. Ah si ! Voilà, un truc de malade encore, j’ai toujours eu une peur bleue des araignées. Et vous savez pas quoi ? le prof de bio a eu l’idée fort minable (merci Stromae, chte kiffe grave) de nous amener au vivarium. Ce prof, il est trop cramé dans sa tête. Rien que son nom, Nocbal, me fait des boutons. Ouais, carrément, je fais une phobie de ce prof. Il nous ennuie avec ces trucs qui veulent rien dire et dont tout le monde se fout comme le truc là, la « brevetabilité du vivant ». Il nous a sorti ça l’autre jour genre c’est l’apocalypse sur Terre. Ha !Ha ! Menace ultime qui devrait nous faire faire dessus : « Y’aurai même des PMA sauvages ! » Ha ! Ha ! La barre j’te jure ! Y’a que Rezarta, ma copine trop sympa qui l’aime bien, elle dit qu’il est « empathique  au delà du flop ». Chais pas trop ce qu’elle veut dire celle-là des fois mais bon elle l’aime bien et je sais vraiment pas trop pourquoi. Bref, ce prof nous a amené au vivarium. Moi je croyais que y’avais plein de poissons genre des harengs qui flottent et tout, mais rien de tout ça ! A la place, que des trucs dégueulasses genre des mygales toutes poilues et des serpents et des dragons qui crachent même pas de feu. Bref c’était la loose totale, j’ai eu envie de me suicider. Quand je l’ai dit à mon prof, il me jeta un air bizarre et me dit : « Vous feriez un cadavre exquis ». J’vous jure, ce prof, il me fout les jetons !

Il y avait aussi des dessins !
Il y avait aussi des dessins, des acrostiches !

Texte 2 : « Vendeurs de CD – les bikraveurs »

Lausanne Flon.

Attention – Okrika, Will reka, Monga, Ketho, Scaro et Saïf viennent buter le « sanglier ». Lausannois, Bourgeois, Hipster, junky de LA Ri-RI, femme enceinte, avec ou sans la poussette, Amoureux, Gay, Lesbiennes, personnes à mobilité réduite, petite enfance, métaleux, Electro Nerd, Geek, … Tout Lausanne y passe !

C’est quoi cette musique ?

Will Reka lance : « c’est la MST, d’une voix suave, « mélodie sensuellement transmissible », il rajoute, d’une voix trempée dans notre folie. C’est chaud comme la Braise, et c’est bon comme la Braise ».

Monga est à l’affut, quelle crapule ! Visage bouffé par la capuche –gangsta – gangsta – rien qu’il te prend ton Bifidus = « thune » Net et Bref.

Voilà Ketho Jackson, le buteur silencieux, l’homme à la maxime « une décision sans action est une hallucination ».

Jadis le Barbu Barbare, Criss oscar alias scaro, déclare en voix off : « chaque seconde sur le bitume me rapproche de la Fortune ! ». On rigole un bon coup ! Tandis que ces francs suisses caressent mes bijoux de famille…

Voilà la police du commerce, une saisie ?!, une amende ?!

On change de spot et ça repart.

Lausanne gare – Lausanne Aurevoir !

Cadavre exquis 1 

C’était une joyeuse soirée… on mangeait des pipasses…un peu…et puis on reprend c’est une maison bleue près de Lausanne, on y va à pieds nus. On avait pas de quoi se payer des chaussures en ce temps là… Sylvain avait faim. Il partit sans attendre. Mais attendre quoi dit-elle ? le printemps, c’était la saison préférée des bodybuilders, … un peu comme Arnold Schwarzanneger, gouverneur. C’était un incompétent notoire et il y eut une révolution (qui ne sera pas télévisée). Nonobstant, la mécanique quantique, nous sauvera-t-elle toutes ?… Pas vraiment, non, enfin, la question était celle du collectif …des Badass, celle qui rit en haut de la rue… Mouffetard à Paris, c’est sympa mais pas aussi bien que l’on ait vu depuis longtemps. Pourtant cette expérience… incroyable nous a permis de raconter des bêtises : …  mais est-ce grave ?

Texte 3 « Sans titres »

« Est-ce que la Russie rurale vaut Lausanne ?

– C’est à moi que tu parles, là ?

– Hein ! Euh… non non, je pensais tout haut.

– Et tu penses souvent à des trucs existentiels comme ça ?

– Ca m’arrive, ouais. Je suis ce qu’on appelle un sur-penseur. Je sur-pense en fait. J’ai toujours quelque chose en tête. Ça n’arrête jamais ! En ce moment, je pense beaucoup à Lausanne. j’essaie de comprendre comment une petite ville comme ça pouvait…

– ça ne m’intéresse pas, en fait.

– Ah… moi non plus… finalement. »

Elle se lève et commence à enfiler sa veste de cuir.

« – Bon ben salut. »

Il ne pensait que ce premier rendez-vous tournerait de cette manière et qu’elle partirait déjà, sans même avoir fini son premier verre. Paniqué, il essaie de la retenir.

– Mais attend, je pense aussi à des trucs cools…

la porte claque et il entend les pas de cette fille s’éloigner dans la rue, à travers la musique lancinante du bar. Il n’y a d’ailleurs plus personne ici. Le bar est désert. Même le serveur a disparu. Il lui reste sa bière au moins. Elle ne partira pas, elle. Il la boit cul-sec pour en être sûr.

Texte 4 « Lausanne »

C’est ma ville depuis 14 ans. Je l’ai aimée. Je l’ai quittée pour d’autres à maintes reprises. Elle m’a retrouvé et maintenant je l’aime à nouveau mais différemment.

Que dire.

Bordée du magnifique lac Léman, elle m’offre des petits recoins de splendeur au bord de l’eau, de quoi se rafraîchir durant la quasi-moitié de l’année.

De par sa générosité, elle nous gâte d’autant plus avec sa somptueuse vue sur les imposantes Alpes françaises de l’autre côté du lac.

Son charme ne s’arrête pas là. La vieiile ville est joliment conservée afin de donner à ses visiteurs un moment paisible et accueillant.

Et… Stop. Arrêtons la poésie. Lausanne n’est pas aussi idyllique qu’on aimerait penser. Certes, il est difficile de comparer les villes entre elles mais il en reste néanmoins le fait qu’on peut se fier à son intuition et ressentit l’atmosphère que chacune des villes où l’on a vécu dégage. Lausanne aurait tout pour être vue ville accueillante mais ne l’est pas. On a l’impression que les Lausannois sont emprisonnés dans leurs habitudes et ignorent tout autre chose qui se déroule autour à moins que cela ne les concerne. Cette ambiance où la peur de l’autre, la peur de déranger et la routine harassante règnent côte à côte rend notre présence invisible et crée un sentiment à l’opposé de la bienvenue.

Il existe sur Terre bien des villes où, certes, le cadre n’est pas aussi idyllique mais où les gens se reconnaissent comme être humain distinct et s’apprécient les uns les autres. On rigole avec les inconnus aux arrêts de bus, on aide les touristes qui ont l’air perdu, on s’intéresse aux histoires des autres.

Bref. Je vais arrêter de me plaindre. En cinq mots, Lausannois osez casser vos habitudes.

Essai 1

Flon – Gare

Flon – Riponne

Flon, partout c’est plein et irrespirable. Le spectre balafre des néons devraient rendre l’expérience clinique, hygiénique mais les corps entassés se décomposent en fosse commune. Un instant, deux minutes suffocantes dont l’odeur indélébile me colle à la peau jusqu’au crépuscule. Je sens la crevure urbaine, je m’y encrasse. Un de plus dans la masse.

Citation 1

Lausanne, c’est une ville dont on parle sans en parler.

Poème 1

Ne cherche pas de crèche,

Ne cherche pas de piste cyclable,

Et si tu es dans la dèche,

Ne cherche pas de main secourable

Le Rom ne trouve pas de room,

Au Flon le rhum coule,

Si tu sleep in, tu as de la chance,

Si tu burn out, Cery te sourit…

Texte 5

Ma première rencontre avec Lausanne, c’était quand j’étais petit, vers 8 ou 10 ans. Avec mes frères on venait les samedis avec ma mère qui bossait, et on faisait tous les magasins qui avaient des jeux vidéo en démo. J’ai fait tout le premier Mario comme ça. Maintenant, j’habite au centre, et à chaque fois que je sens la ventilation à l’entrée principale de Globus – c’était l’Innovation Grand Passage à l’époque mais ils ont gardé la ventil’- je repense à ces moments.

Lausanne, la ville la plus cool du monde.

  1. Hitomiie
    | Répondre

    trop bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.