Quand les médias se mettent au service des discours stéréotypés: de la quête d’audience au règne de l’UDC.

Posté dans : Politique | 15

En août de cette année, les Annales « Qualité des médias-Schweiz Suisse Svizzera » ont été présentées pour la première fois au grand public. Elles sont le fruit d’une analyse de l’Université de Zurich ciblant le journalisme dans la presse, la radio, la télévision et en ligne des 46 principaux titres des trois régions linguistiques de Suisse. Elles concluent que la qualité de médias en Suisse se détériore et affaiblit la qualité des débats démocratiques, et donc la démocratie. En effet, le manque de ressources des rédactions a entrainé une compression de personnel qui ne leur permet plus d’approfondir l’information qu’elles diffusent. Elles deviennent donc de plus en plus perméables face aux pressions externes des acteurs issus du monde de la communication et des relations publiques. Par ailleurs, la concentration des médias homogénéise cette information et menace sa diversité. Ainsi, mécaniquement, les mêmes informations sont traitées de la même manière sur les différents canaux existants qui, en Suisse, appartiennent majoritairement à deux grands groupes, Ringier et Tamedia. Les conséquences de cette évolution sont une tendance à la conformité, à l’attention portée sur les scandales et les catastrophes, à la personnalisation, au provincialisme et au mélange de l’analyse et du commentaire. De cette publication, peu de journaux en ont fait la une !

La chute de la Maison des associations entre rivalités partisanes

Posté dans : Politique | 3

Au risque de ne pas respecter l’une des règles journalistiques les plus basiques, à savoir avoir un lien avec l’actualité, je m’en vais vous causer d’un sujet qui n’est justement plus d’actualité dans cette période préélectorale. En effet, dans moins de 6 mois ont lieu les élections communales dans tout le canton et les agendas politiques s’en trouvent modifiés, que ce soit légèrement ou plus profondément. Les partis ont développés des stratégies et se profilent pour leur campagne, essayant de ne pas faire de mauvais pas et si possible en laissant traîner un pied dans la ligne de course de l’adversaire. Pour ces raisons de stratégie, certains objets politiques peuvent devenir des boulets lors du sprint final. Il est alors de bon sens d’essayer de s’en débarrasser. Le projet de Maison des associations à Lausanne fait partie de cette catégorie.

Dramelet sur fond de fric et de politique

Posté dans : Politique | 0

L’impôt sur le divertissement permet aux autorités communales de percevoir 14% sur le prix des entrées des événements culturels et de faire entrer 5,4 millions de francs dans les recettes financières de la ville. Dans un sens très large, les événements dits culturels concernent majoritairement les superproductions cinématographiques américaines et les nombreuses boîtes de nuits qui ont rapporté à elles seules 2,9 millions de francs en 2009, soit plus de la moitié du montant total. Ça c’était pour l’argent.