APERTI, 7ème édition, 23-24 mars 2013

Posté dans : Carte blanche | 0
Youpi, les ateliers des artistes de Lausanne et environ sono aperti ! Une occasion rêvée de découvrir la ville de Lausanne autrement !!

Dans la vie de tous les jours, lorsque l’on se déplace à Lausanne d’un point A à un point B – de la maison au travail pour donner un exemple au hasard -, eh bien on n’imagine pas le nombre d’ateliers cachés qui existent, dans une arrière-cour par là, dans les étages par ici, au bas d’un sous-sol ou encore dans une ancienne écurie du parc Mon-Repos… Un week-end comme celui-ci permet de réaliser qu’en fait, à Lausanne et dans ses environs, il y a toutes sortes de petits lieux secrets, espaces de créations insoupçonnés.

Cette année, environ 70 artistes participent à cet évènement. Autant dire qu’il est quasi impossible de tout aller voir à moins de le faire sous la forme d’un marathon, mais ce qui est plaisant dans l’aventure, tout compte fait, c’est bien de flâner et de prendre le temps d’échanger avec les créateurs… Alors heureusement que l’association des amis d’Aperti nous a listé tous les artistes sur leur site Internet, avec pour chacun une petite présentation et une photo d’une œuvre. Cela permet de panser un peu la frustration potentiellement ressentie lorsqu’il est déjà dimanche soir, 18 heures, et qu’on a vu un tiers des lieux.

Pour moi qui aime peindre, ce fut un pur bonheur de pouvoir me balader d’un atelier à l’autre pour aller découvrir des œuvres, avec en prime l’artiste qui raconte sa démarche, ses œuvres, parfois même sa vie ! Et tous ces échanges vécus dans des lieux improbables dont je n’aurais jamais soupçonné l’existence autrement.

Et les artistes, qu’ont-ils pensé de ce week-end ? Sur mon petit parcours (pas du tout exhaustif puisque restreint) : Vallon – Rue de l’industrie – Rue Marterey – Parc Mon-Repos – Avenue Juste-Olivier – Palud et Escaliers du Marché, j’ai surtout rencontré des nouveaux participants unanimement ravis de cette première expérience au sein d’Aperti.

Les artistes avec qui j’ai eu le plaisir d’échanger quelques mots m’ont donné un retour très positif de cette aventure. Marie-Chantal Collaud, sculptrice (au Vallon 16), qui révèle magnifiquement l’étincelle cachée de vieux objets rouillés, appuie sur l’enthousiasme des organisateurs bénévoles sans qui cette belle expérience n’aurait pas lieu.

Dans leur discours, plusieurs artistes ont mis en perspective le fait d’ouvrir leur atelier lors d’Aperti et le fait d’exposer dans une galerie. Pour la plupart d’entre eux, Aperti est l’occasion de se faire connaître et de faire connaître leur travail autrement que par le biais d’une exposition. C’est une autre démarche, l’artiste s’investit différemment et le public répond différemment lui aussi. Pour Jean-Blaise Guyot, par exemple, qui vit surtout d’un travail de commandes et de décoration d’intérieur, Aperti lui permet de montrer un travail pictural plus personnel. Il en profite pour nous exposer sa démarche tout à fait intéressante qui s’articule entre l’indéterminé et la structuration du réel. Il est reconnaissant de pouvoir montrer ce travail tout en étant dispensé de tout l’investissement que demanderait une exposition, du stress de la galerie, etc… C’est la première fois qu’il participe à Aperti et il est content de faire cette expérience, il a même vendu des œuvres ! Enfin, il ajoute : « pour le public c’est sûrement sympa aussi de pouvoir venir dans l’intimité des artistes » C’est sûr, on confirme sans aucune hésitation !

Concernant ce point, René Rios, peintre et architecte, se dit justement très touché par l’intérêt du public pour son lieu de travail, il souligne que cela contraste énormément avec la grande intimité quotidienne de l’atelier. Comme si Aperti était une manière de rompre un instant avec cette solitude si indispensable au processus de création.

De plus, les portes ouvertes semblent être une belle façon d’élargir un peu le public type qui viendrait visiter une expo traditionnelle. En effet, selon Patricia Meizoz, artiste peintre, lors d’Aperti le public est peut-être un peu différent, plus vaste, comme si l’évènement parvenait à élargir le public, en le rendant plus familial, plus populaire.

Public élargi certes, mais public averti. Les artistes ont été très touchés par l’œil curieux et réellement intéressé de leurs visiteurs. « On a eu beaucoup de passage. On a pu partager avec des gens vraiment intéressés par l’art et par la démarche artistique, ce n’est pas la même chose que lorsque tu exposes dans une galerie et qu’un touriste passe et s’arrête par hasard sans être forcément intéressé par la démarche artistique. » Souligne Julia Rotella, artiste peintre qui partage l’atelier de la Palud 9 avec René Rios et Patricia Meizoz.

Alors concernant Aperti 7ème édition, est-ce que les artistes ont tous été empreints d’une entière satisfaction? Allez faites un effort, s’il fallait exprimer une critique, laquelle serait-ce ?

Peut-être parce que l’artiste est parfois considéré comme un prolongement du divin sur terre, tous ont exprimé une frustration que l’on pourrait relier avec cette triste absence du don d’ubiquité qui nous rappelle constamment nos limites humaines. Surtout chez les nouveaux participants qui réalisent avec une larme à l’œil, que le fait d’ouvrir son atelier veut dire en clair ne pas pouvoir aller visiter les autres comme ils ont adoré le faire les années précédentes ! « J’ai rien vu ailleurs ! » lance Anne-Dominique Chevalley qui partage son atelier avec Martine Chessex à l’avenue Juste-Olivier. « Mais on a la liste, à nous de faire l’effort d’aller voir après coup » ajoute-t-elle de sa douce voix positive et enjouée.

Seront-ils nombreux à oser aller toquer chez leur confrère ou leur consœur un jour où la porte ne sera pas forcément ouverte ? Et s’agit-il vraiment d’un confrère ? On l’aura bien compris, il y a eu un excellent feeling entre l’artiste et son public ce week-end mais entre les artistes alors, comment c’est ?

Après avoir pris note de plusieurs sentiments fortement mitigés concernant l’apéro des artistes qui a eu lieu samedi soir, on est en droit de s’interroger à ce sujet. En effet, il semble que la bohème soit belle et bien loin derrière, et que la solidarité soit une valeur un peu démodée…

Selon les dires de plusieurs artistes, chacun était un peu dans sa bulle samedi soir…. « C’est très hermétique » soulignait l’un d’entre-eux. En ajoutant : « Il y a des petits groupes, soit tu es avec un groupe que tu connais déjà, soit tu files, c’est très difficile de faire de nouvelles rencontres ». Une autre participante disait que le comité devrait faire davantage d’efforts pour favoriser la rencontre, le réseau entre les artistes, afin d’éviter la rivalité.  Il faudrait créer une plateforme entre les artistes pour renforcer les échanges, suggérait-elle.

Alors l’artiste, serais-tu tout aussi compétitif et individualiste que ton voisin de palier de profession libérale ? Heureusement que les soixante-huitards sont encore là pour nous rappeler le bon vieux temps et l’importance de s’unir pour réussir, mais pour la suite, on a intérêt à sortir de notre carapace si on ne veut pas finir par tourner en rond tout seul dans notre coin ! Enfin, ne perdons pas espoir, car il paraît qu’existe le projet de faire un Aperti juste entre artistes !

En tout cas en tant que public, on a vraiment apprécié. Nous, on n’a pas du tout ressenti votre individualisme et vos rivalités internes, on a été bien accueillis, nos yeux ont été remplis de couleurs et de textures multiples et variées, vous avez même pris soin de nos papilles, vous nous avez raconté plein d’histoires, vous nous avez émus, vous nous avez fait rêver, et parfois aussi on a bien ri, grâce à Marie-Chantal Collaud ou encore Floriane Tissière. Si vous les avez loupées, je vous les conseille vivement pour l’année 2014, leur imagination est débordante et leur humour décapant. On se réjouit déjà de vous retrouver au prochain printemps, très bonne continuation à toutes et à tous ! Un grand merci !

Marie Cornut avec le soutien de Sitara Chamot

Voici quelques œuvres présentées lors de ces portes ouvertes.

1. Marie-Chantal Collaud.

 

2. Jean-Blaise Guyot

 

3. René Rios

 

4. Patricia Meizoz

 

5. Anne-Dominique Chevalley

 

6. Julia Rotella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.