Alli: pilule miracle ou bien illusion pour les personnes obèses?

Posté dans : Société | 1
La nouvelle pilule amaigrissante Alli, sortie en 2007 aux USA, arrive enfin cette semaine dans les pharmacies européennes. De quoi nous inquiéter en Suisse. Le commentaire de Dr. Nicole.

Alli serait la nouvelle pilule magique contre l’obésité. Mais il ne faut pas se leurrer. Il s’agit de la version sans ordonnance du Xenical et Alli sera en vente libre dans les pharmacies d’Europe. Selon un article récemment paru dans 24 heures sur le même sujet , Alli pourrait faire son apparition dans les pharmacies suisses en 2010. Destiné aux obèses, le principe est simple. La molécule active empêche le corps de digérer les graisses. Le corps absorbe moins de calories et la personne maigrit. Dans le cadre d’un régime 100% sans graisses, pas de problème. Mais du moment où l’on en a malencontreusement ingéré, celle-ci – non digérée – est rejetée par le corps de plusieurs façons, dont la plus courante est le pet de graisse odorant. Certains malheureux auront aussi droit à une explosion spectaculaire et violente de l’appareil digestif. C’est pour cela qu’il a été demandé aux utilisateurs de prendre certaines précautions et de prévoir le port de vêtements foncés et de rechange. A l’époque, une étude américaine a montré que la moitié des participants aux tests en clinique a eu droit à ces désagréments. Un chiffre qui a poussé les firmes responsables de sa commercialisation à élaborer une notice d’instruction sur les risques d’effets secondaires.

Des problèmes pour la santé 

Le problème avec cette pilule réside dans la digestion directe de tous les aliments ingérés. Celle-ci est diminuée,  ainsi que celle des vitamines et des nutriments. Toute la digestion des aliments est ralentie. Du coup, il faut prévoir les suppléments de vitamines A, D, E, K B1 et B12.

Les adeptes de la pilule Alli peuvent aussi faire une déshydratation en cas de diarrhée. Les futurs utilisateurs développeront des carences nutritives, d’énormes flatulences grasses qui tachent les vêtements et seront incapables de contrôler leurs déjections fécales. La finalité de tels efforts? Nous rendre plus maigres. D’ailleurs, ces “sacrifices” ne promettent pas de résultats durables une fois le traitement terminé. En effet, selon une étude citée dans le New York TImes, Alli peut aider les gros à perdre entre 2 et 5 kilos dans un laps de temps de six mois. http://www.nytimes.com/2007/02/08/us/08diet.html Une bonne chose, mais on pourrait aussi faire ça sans passer par la case chiasse? 

Selon les médecins, une perte de poids d’un kilo par mois est normal dans le cadre d’un régime suivi par un médecin. Alli est donc non seulement très désagréable et néfaste pour la santé en plus d’être inefficace.

Des problèmes pour les personnes

Il se peut que la vente libre de ce médicament se prête aux abus. Par exemple par les gens simplement soucieux de perdre quelques kilos, ou ceux qui ont un vrai problème d’image corporelle. Ensuite, les risques pour la santé dus à la vente libre de ce produit sans suivi médical ne sont pas anodins tout comme une potentielle carence nutritionnelle.

Mais pour moi qui suis concernée par cette problématique, ça me pose aussi des cas de conscience. Bien que certaines mauvaises langues diront que les obèses ne seront jamais en bonne santé tant qu’ils sont en surpoids, je n’arrive pas à concevoir comment ce médicament pourrait être bon pour la santé. Quelle message est envoyé aux personnes obèses: être en bonne santé est moins important que d’être mince au prix de l’incontinence fécale ? Cela ressemble bien à un dilemme pavlovien. La consommation de graisse se verra instantanément sur la personne suivant ce régime. Alors que la société fait la chasse aux gros, elle ne nous propose en contrepartie que ce médicament soi-disant miracle. Si on n’avait pas déjà honte d’être obèse, quoi de mieux que de chier sur soi-même pour l’amour propre ou l’amour d’autrui.

Crédit photo : Alli
 

Nicole

  1. fleks
    | Répondre

    Le positif: les effets secondaires devraient en décourager certain(es). Un petit régime couplé à un peu de sport c’est quand même moins contraignant que passer son week-end aux chiottes je pense.

    Le truc de fou: il n’y a pas d’égalité face à l’obésité, les métabolismes varient de personne à personne, mais surtout ce n’est en général pas les lipides qui provoquent une prise de poids chez les gens, car c’est bien plus difficile de s’en gaver que de glucides.
    Et comme le médoc ne s’attaquent qu’à ce que l’on bouffe et pas au gras que l’on a déjà…bof bof.

    Ce médoc c’est jeter le fric par les fenêtre tout en subissant de sacré désagréments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.