Ailleurs, on dit que Lausanne est…

Au Lausanne Bondy Blog, nous écrivons la ville avec la force du vécu. Mais d’autres médias parlent de Lausanne sans forcément avoir fait l’expérience quotidienne de ses rues. Comment perçoit-on la ville ? Quels sont ses points forts ? Qu’en retient-on lorsque l’on n’y vit pas ou que l’on n’y fait qu’une escale ? Quid de la presse étrangère de l’année 2015 ?

Le 7 janvier 2016, le New York Times sort son classement « 52 Places to Go in 2016 » et donne la 25e place au canton de Vaud. Elaine Glusac y signe un paragraphe axé « musée » et évoque rapidement l’ouverture d’Aquatis l’aquarium/vivarium et cité de l’eau du nord lausannois. Notons que si l’ouverture du complexe était initialement prévue à l’automne 2016, elle a, toutefois, été repoussée à Pâques 2017. Toujours est-il que ledit classement n’échappe pas au Temps qui s’en empare le jour suivant, donc le 8 janvier, tout en rappelant que la presse étrangère aime la Suisse romande. Le 10 mai 2015, déjà, le journal publiait une enquête à propos de l’engouement des médias étrangers pour Lausanne et Genève et soulignait l’importance du travail des offices du tourisme romands. Souvenez-vous, trois articles viennent alors de paraître : 17 mars 2015 le New York Times compare le Quartier des Bains de Genève à un « little SoHo » ; le 9 avril, L’Express fait le tour des lieux huppés de la région lausannoise tandis que Lausanne devient une « San Francisco suisse » le 30 avril dans le Huffington Post.

.

Capture d’écran de Vice France.
Capture d’écran de Vice France.

Luxe, débauche et carnaval

Lausanne, lieu d’audace et de création contemporaine selon L’Express. Vue du lac depuis le Beau-Rivage ; passage par Ægon + Ægon, boutique de décoration d’intérieur pointue ; descente au Flon ; arrêt à l’ECAL ; rappel des anneaux olympiques. Tout n’est que calme, luxe et volupté et si vous en doutiez encore à la fin de l’article sachez que les étudiants ne révisent pas, mais siestent au Rolex Learning Center. Idyllique certes. Vendeur, assurément. Mais si loin de la réalité que connaît la majorité de la population lausannoise. Loin des endroits peu coûteux et alternatifs comme le rappelle un commentaire. Loin du brouhaha des révisions supplanté de temps à autre par les piaillements des moineaux l’été au Rolex. Loin, surtout, de l’expérience que pourrait faire un touriste lambda de la ville ; mais juste de quoi faire oublier l’article du 16 janvier 2015 de Vice France et ses photos brutes, comme le souligne le 10 avril, 24Heures. Ah, Vice ! Lausanne, ce petit bout de paradis trash où la fête se fait à domicile. L’auteur connaît son sujet et prend, pour le meilleur et pour le pire, des photos. Adhésion, révolte, indignation. Est-ce une histoire de lecture générationnelle ou celle, un brin plus hypocrite, d’une volonté de renvoyer une image lisse et bien sous tous rapports ? A mi-chemin entre les deux articles précédents, le Huffington Post illustre Lausanne avec une photo de la terrasse des Brasseurs un jour de carnaval. L’image contraste avec le texte qui décrit la ville comme : chère, olympique, branchée et nocturne grâce au Flon. Retenons la proximité des vignobles et du château de Chillon. Les réseaux sociaux se sont interrogés : pourquoi cette photo qui ne témoigne pas du fameux dénivelé lausannois qui vaut à la ville la comparaison avec San Francisco, n’est ni branchée ni nocturne, et, surtout, affiche de la bière à 5 balles ? Mystère total.

.

Capture d’écran du Huffington Post.
Capture d’écran du Huffington Post.

Morceaux choisis

Du côté des médias italiens, le 15 août, Io Donna, supplément féminin du Corriere della Sera, se penche sur Lausanne et l’accueil des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver à l’horizon 2020. Photos du Flon, de la Jetée de la Compagnie et bien sûr du Musée Olympique. Lausanne : un lieu aimé des personnalités, proche du lac Léman et où siège le Comité international olympique. Véridique, mais classique. Ce qui l’est moins, c’est la mention de la mobilité universitaire, du métro qui semble sorti d’un film de science-fiction et du guet de la cathédrale qui annonce les heures, toutes les nuits, entre 22h et 2h du matin. Bref, un peu de tout, mais bien peu de mots à propos de ces fameux Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver et des structures qui vont être mises en place d’ici à 2020. Quant au Corriere della Sera, il évoque Lausanne comme étant une ville à découvrir et mentionne les valeurs portées par la ville – à savoir l’excellence dans les domaines de la culture, du sport, du vignoble, de la formation et l’éco-durabilité – lors de la conférence de presse donnée à l’Exposition Universelle de Milan en septembre.

Le 1er novembre, Metro explique pourquoi Lausanne est une meilleure destination que Paris ou Amsterdam. La ville incarne une certaine idée de la douceur de vivre. Tous les éléments-types sont cités : le branché Flon ; la vie nocturne ; l’esprit olympique ; la cathédrale ; la vieille ville ; le marché et la nourriture, les vignobles du Lavaux, le lac. Il n’y a que les mentions de la Brasserie de Montbenon et du métro qui lui font défaut pour être le sans faute du parfait billet de blog à l’instar du récit d’un week-end passé à Lausanne par l’autrichienne d’Individualicious daté du 25 mai.

 

Capture d’écran du blog Travels of Adam.
Capture d’écran du blog Travels of Adam.

Ecrire la ville

L’article de presse choisit toujours un angle ; les billets de blogs, d’une certaine notoriété, sont, à peu de chose près, des copiés-collés. Cependant, ce manque d’originalité est contrebalancé par le fait que chaque ville comporte ses lieux emblématiques : « ce qu’il faut avoir vu ». De plus, il existe des lectures plus personnelles de Lausanne comme en témoigne le billet du 29 septembre de Travels of Adam qui laisse d’ailleurs, en grande partie, aux photos le soin de parler pour lui. De son passage, il retient le bleu du paysage. Quoi de plus vrai ?

Somme toute, Lausanne est belle. L’ambiance est douce. On peut ne pas se reconnaître dans cette vision de la ville : se sentir plus proche de Vice France que de L’Express et être agacé de son image de petite néo-bourgeoise sage. Sans doute faut-il se rappeler alors que la « fête » est l’apanage de toutes les villes du monde ; qu’il y a une différence majeure entre « être de passage » et « vivre au quotidien » ; que l’écriture ne rend jamais compte d’un objet dans son entier. Or, si les articles de presse représentent une première entrée sur la ville, les commentateurs de ces derniers renvoient, bien souvent, à des blogs rédigés par des lausannois afin d’enrichir le propos.

Au-delà de la curiosité, s’informer de ce qui est dit d’ailleurs, lire un point de vue extérieur permet de constater l’image que la ville renvoie et surtout de remettre en perspective son propre regard. C’est prendre conscience que si certains regrettent le charme de l’ancien Flon, d’autres l’apprécient tel qu’il est aujourd’hui. C’est mesurer, au travers d’autres langues, la valeur et la particularité de ce qui nous entoure.


Un grand merci à David Werlen de Lausanne Tourisme pour son aide précieuse quant à la recherche d’articles de presse étrangère traitant de Lausanne.

Répondre