Action ! Lausanne s’illumine à travers le cinéma en noir et blanc de Germinal Roaux

Il y a quelque temps, j'avais lu dans un journal local que le film d’un jeune réalisateur lausannois, Germinal Roaux, aurait participé cet année au Festival des films du monde à Montréal, intitulé Left Foot Right Foot, un film réalisé en noir et blanc et entièrement tourné à Lausanne.

left foot right foot production filmLa nouvelle avait suscité ma curiosité et j’ai commencé à suivre à distance les vicissitudes de ce jeune homme et de son film. Quand il y a quelques semaines seulement, je découvre que le long métrage, après avoir participé également au Festival du film de Zurich, avait surtout gagné le Bayard d’or de la meilleure première œuvre au Festival du film francophone de Namur.

Là je me suis dit qu’il fallait absolument voir ce film. J’en ai donc profité pour aller, mardi 22 octobre, à la présentation de son avant-première au cinéma du Capitole à Lausanne.

Qui ne connaît pas le fameux Cinéma du Capitole, dernier survivant des grands groupes de l’industrie cinématographique ? A Lausanne, le Capitole c’est LE cinéma. Quand je suis arrivé, le coup d’œil était incroyable, la salle était comble. Des groupes de jeunes skaters venus avec leurs propres planches à roulettes sous le bras, qui prenaient place à coté de messieurs en costard cravate, ou encore de jolies et élégantes dames. L’ambiance était un mélange coloré de styles: étonnant, pour un film en noir et blanc ! Bref, j’ai pris place et j’ai attendu poliment le début du film.

Vous vous attendez maintenant à ce que je commence à vous décrire la trame du film? Eh bien non, je ne le ferai pas.

Ce qu’il faut communiquer, à mon avis, c’est que ce long métrage, à travers ses non-couleurs, à travers ses non-lieux, à travers ses musiques et ses rythmes 2.0, a ouvert la voie à une nouvelle esthétique non seulement pour le cinéma suisse, mais aussi pour la ville de Lausanne et ses habitants. En regardant ces images j’avais l’impression de revivre les lieux mélancoliques et réalistes racontés par Pier Paolo Pasolini.

Un film dur, fort, cru mais en même temps touchant, intense, extrêmement humain, vrai. Une histoire qui, à travers le regard fragile mais lumineux de ses protagonistes, nous fait découvrir une Lausanne à laquelle on ne s’attend pas… une ville faite de périphéries, d’emplois précaires, de manque d’argent, d’adolescents contraints à grandir trop vite, mais qui malgré tout parviennent à partager l’Amour et l’envie d’aller de l’avant.

Les applaudissements  accompagnent les titres de fin qui glissent sur l’écran. Les lumières se rallument sur nos visages silencieux de spectateurs. Le récit de ce jeune réalisateur en noir et blanc avait coloré nos âmes.

 

[vimeo]http://vimeo.com/75700739[/vimeo]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.